Avoir son nom de domaine

Qu’est-ce qu’un nom de domaine ? Pourquoi en avoir un ? Et comment ça se gère ?

C’est quoi donc un nom de domaine ?

Il s’agit d’un identifiant qui sert d’adresse. Les ordinateurs utilisent les adresses IP (v4 ou v6) pour se trouver les uns les autres. Cependant, pour un humain les adresses IP ne sont pas parlantes : dur de s’en rapeler, aucun moyen de savoir vers quoi ça pointe. Un nom de domaine permet donc aux humains de mettre un nom correspondant à une (ou plusieurs) IP.
Les noms de domaine sont omniprésent sur les Internets ! Les adresses des pages web, les adresses mails, les identifiants jabber, …

Iloth.net est un nom de domaine qui pointe vers l’adresse IP 89.234.152.131 .
vpn.iloth.net pointe lui vers 89.234.152.133

Un nom de domaine est converti en adresse IP via le protocole DNS. Posséder un nom de domaine est donc une étape importante lorsque l’on veux avoir une présence sur l’Internet mondial. Lorsque vous communiquerez votre adresse mail de la forme prénom@nom.truc vous aurez instantannément une certaine classe. Un prestige que la foule vous enviera ! Lorsque vous voudrez montrer à vos amis vos dernières photos de vacances, leur regard s’illuminera en voyant votre adresse de la forme www.nom.truc/photos . Vous grimperez directement de deux trois niveaux sur l’échelle des geeks dépassant de fait Kevin avec son Iphone. Il faut aussi avouer que c’est plus pratique de retenir un nom de domaine qu’une adresse IP (surtout une ipv6 comme 2001:0db8:0000:85a3:0000:0000:ac1f:8001).

Maintenant que vous êtes indéniablement conquis par cette idée, il vous faut savoir deux trois trucs. Tout d’abord : Comment fonctionne l’obtention d’un nom de domaine ? Ensuite : Comment gérer son nom de domaine ?

Obtention

Tout d’abord sachez qu’on n’achète pas vraiment un nom de domaine. À vrai dire on loue une délégation.

les noms de domaines marchent de façon hiérarchique. Lorsque l’on voit un nom de domaine de la forme www.iloth.net, on voit trois niveaux de hiérarchie : www, iloth et enfin net (à vrai dire il s’en cache un quatrième !). C’est un peu comme des dossiers imbriqués dans un ordinateur : www se trouve dans iloth qui se trouve lui dans net. www est un sous-domaine, iloth est le domaine et net est l’extension du nom de domaine (ou TLD pour top-level-domain dans la langue de Kevin Smith).
Donc net a délégué la gestion de iloth.net à nos soins. Nous avons par la suite décidé de créer le sous-domaine www.iloth.net mais nous aurions très bien pu choisir de vendre les sous-domaine à qui n’en veux. Ces personnes auraient très bien pu revendre également des sous-domaine de leur sous-domaine ( votre.domaine.iloth.net par exemple ).

La première étape dans l’obtention d’un nom de domaine est donc de vérifier la disponibilité du nom de domaine que vous convoiter. Il faut donc que la combinaison domaine et TLD soit unique. Il faut ensuite choisir le registrar chez qui prendre le nom de domaine.

Les TLD

Le TLD ou Top Level Domain est la partie la plus à droite d’un nom de domaine comme .fr, .net, .com… Généralement, pour acheter un nom de domaine sur un TLD, des restrictions s’appliquent. Par exemple si vous voulez acheter un nom de domaine avec la très belle extension .cat, il faut que votre utilisation concerne la catalogne et/ou sa culture (c’est pour cela que http://nyan.cat est proposé en catalan). Bref chaque TLD dispose de ses conditions particulières et de tarifs différents. Il existe deux types de TLD différents : ceux liés à un pays ou zone géographique (.fr, .tv (pour les îles tuvalu), .bzh (nos amis les bretons), …) et ceux dits génériques (.info, .com, .mil, .name, …).

Le choix du TLD s’orientera donc premièrement au type de contenu que vous voulez proposer. S’il s’agit de contenu concernant le réseau il est préferrable de prendre un .net . Si vous vous orientez plus sur quelque chose de personnel, le .name est plus adapté. Il faut également prendre en compte la gouvernance des TLD. Les TLD sont gérés par un organisme ou un état particulier. Typiquement prendre un domaine sur le TLD .fr vous place sous l’égide de l’Afnic qui est une association française. Vous êtes donc tributaire des décisions de l’Afnic.

Les registrars

L’organisme qui a la gestion de tous les TDL est l’ICANN qui est un organisme étasuniens (ce qui peut poser parfois quelques soucis). Cependant si vous voulez un nom de domaine vous ne les contacterez pas eux mais un vendeur de noms de domaine (un registrar). Un registrar ne peut vendre des noms de domaine que pour les TLD pour lesquels il a acheté des droits. En vrac une petite liste de registrars sans préférence particulière : ovh, bookmyname, online, gandi.

Généralement pour un nom de domaine peu convoité (typiquement pas sex.com ou pizza.fr), vous devriez vous en tirer aux environs de 7€/an. La “location” est généralement de 1 an minimum et est renouvelable.

Il arrive parfois que le renouvellement soit oublié ce qui mène à des situations parfois étranges.

Le choix du registrar repose donc sur la disponibilité du TLD que vous recherchez et également de la confiance envers le registrar (particulièrement si vous voulez faire du DNSSEC).

Utilisation

Ça y est ? Vous avez acheté votre petit nom de domaine et vous voulez vous en servir ? Parfait :-) . Maintenant vous avez trois possibilités :

Utiliser le serveur DNS de son registrar :
Le premier cas est le plus simple techniquement cependant vous dépendez intégralement de votre registrar (mais vu que vous l’avez choisi vous devriez avoir confiance en lui). Vous serez par contre limité par les possibilités fournis par votre registrar. Si vous voulez faire des choses un peu exotiques ça risque d’être difficile. C’est un excellent point de départ lorsqu’on débute : pas d’administration, peu de risque de pannes ou d’erreurs.
Je ne pourrai pas entrer plus dans les détails car chaque registrar a une interface différente. Généralement ils fournissent une documentation. Cela consiste généralement à remplir un tableau en indiquant d’un côté le domaine/sous-domaine et de l’autre l’adresse IP liée.
Gèrer son serveur DNS :
Le second cas est le plus sympa pour apprendre/bidouiller/crasher mais nécessite d’avoir un serveur qui tourne 24h/24 (c’est possible de faire tourner ça avec vos autres services bien entendu).
Vous trouverez sur le web de nombreux tutoriaux pour les différents logiciels existants. Il faut cependant posséder une machine connectée à Internet 24h/24 avec une adresse IP fixe. De nombreux logiciels libres font office de serveur DNS (bind9, powerdns ou le merveilleux knot).
Gèrer un serveur DNS en commun :
Et le dernier cas c’est pour ceux qui veulent se prendre la tête mais pas trop et mettre en commun leurs forces dans un truc qui marche. Iloth propose ce service à ses membres par exemple. Mais il suffit de se grouper avec des amis ou d’autres passionnés. Cela permet en plus de diviser les coûts et la maintenance.

Pour les autres cas vous allez devoir installer/gérer/maintenir un serveur DNS (bind9, powerdns ou le merveilleux knot). Ça demande un peu de taff mais c’est pas très compliqué techniquement et c’est assez enrichissant (intellectuellement, pas financièrement). Bref ça sera l’occasion d’un autre article. Une fois installé, ça ne demande quasiment aucune maintenance (une petite mise à jour de temps à autres pour éviter les failles de sécurité mais bon ça ne vous bouffera pas plus d’un quart d’heure par mois).

Ça y est !

Vous voilà parés pour votre émancipation numérique de l’Internet. L’expression de soi ! Vous existez réellement et commencez à posséder un lopin d’Internet. C’est beau ! Maintenant vous allez pouvoir héberger votre blog personnel à votre nom. Héberger votre mail à votre nom. À vous la reconquête de votre identité Internet.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *